Le Cycle de l'Elfe Noir.

Publié le par Guillaume

Présentation de la série:


Ce que j'appelle le Cycle de l'Elfe Noir sont les diverses trilogies qui parlent des aventures de Drizzt Do'Urden le Drow. Ce sont des livres faisant partie de la collection "Les Royaumes Oubliés", célèbre univers (parmi d'autres) du jeu de rôle Donjons et Dragons.

Les Royaumes Oubliés, pour les non connaisseurs, est un monde fantastique ressemblant un peu à ce que l'on trouve dans le Seigneur des Anneaux, à savoir un monde médiéval fantastique avec des humains, des elfes, des nains et tout un tas de créatures imaginaires de base comme les gobelins les trolls ou les fées. bref, ce n'est à la base qu'une création pour donner un peu cohérence au jeu de rôle, et matière à réfléchir aux Joueurs et aux Maitres de Jeu.
Les livres sur cette license ont été écrits pour etoffer un peu le background général et bien entendu, faire du fric sur le dos des joueurs. J'ai lu un certain nombre de bouquins des "Forgottens" et il faut quand même avouer que ça ne vole souvent pas bien haut, mais je prends tout de même la peine de parler du Cycle de l'Elfe Noir, qui est un peu différent à mon humble avis. Il a été écrit par R.A. Salvatore, un auteur que je n'apprécie pas plus que ça (surtout parce qu'il a écrit d'immondes bouses, comme L"Ombre de L'Elfe" dont je ne parlerai même pas) mais passons.


Menzoberranzan, la principale Cité des Elfes Noirs, au plus profond d'Ombreterre, leur territoire. La société des Drows est cruelle, violente, et sans pitié. Forcés de vivre dans les profondeurs de la terre depuis des temps immémoriaux, ils exècrent tous ceux qui vivent à la surface, et plus encore leurs cousins les Elfes.

Dans la culture Drow, ce sont les femmes qui gouvernent, sous l'égide de leur Déesse Lloth, les hommes ne sont que des servants, même si certains occupent un poste important. Esclavagisme et torture sont le lot quotidien des habitants de cette Cité, qui n'hésitent pas à utiliser les représentants d'autres races comme "main d'oeuvre" ou souffre douleur.
Drizzt Vit dans cette Cité.
L'histoire débute alors qu'il est encore un jeune enfant éduqué
d'une main de fer par une de ses grandes soeurs. Elle lui inculque tout ce qu'un bon Drow doit savoir: hair, tuer, et survivre. Mais son Maitre d'Arme tente lui de lui montrer les bons côtés de la vie... Et les mauvais côtés de la société qui est la leur.
Grâce à lui, il parviendra à résister au formatage que subissent les jeunes drows quand il rentrent à l'école et à garder quelque chose de bon en lui. Plus tard, ne supportant plus la méchanceté des siens, il décide de quitter la Cité.
Alors s'entame un voyage (accompagné de son amie Gwenwyvar la panthère), au cours duquel il rencontrera des choses qu'il n'avait jamais connues, telles que l'amitié, la tolérance, la joie, l'amour. Un voyage qui l'entrainera tout d'abord dans les tréfonds d'Ombreterre puis à la surface, où pour les drows, chaque être vivant est un ennemi.

Mon avis:


Comme je l'ai dit plus haut, je ne suis pas un grand fan de la license des Royaumes Oubliés, qui doit comporter au moins 80 livres (on ne peut pas avoir la quantité ET la qualité) mais je dois avouer que j'ai un petit faible pour cette série.
Les aventures de Drizzt sont très intéressantes, c'est toute une réflexion sur la tolérance, les différences entre les cultures et la découverte de soi.
J'ai vraiment beaucoup aimé les trois premiers livres de Drizzt, où il doit faire face à tous les préjugés et prouver aux autres ce qu'il est réellement, et affronter un monde dont il ne sait rien et dont il ne parle pas la langue.
Hélas, car oui, il y a un bémol à tout ça, les aventures de Drizzt comportent moult livres... Et au bout d'un moment l'histoire perd toute sa saveur.
La première trilogie est vraiment bonne, déjà la seconde perd un peu d'interêt, la magie s'estompe, mais c'est toujours agréable à lire. La suite devient quant à elle de plus en plus imbuvable, avec les mêmes méchants, les mêmes situations, des gens qui sont morts mais en fait non, et à la fin le gentil Drow sauve tout le monde. C'est bien dommage, mais l'Elfe Noir étant un personnage emblématique des Royaumes Oubliés, R.A Salvatore l'utilise jusqu'à ce qu'il soit aussi insipide qu'un sorbet nature.
Mais je maintiens que la lecture des trois premiers livres est fort plaisante.

Ajout du 20/01/09:

Bon j'ai relu quelques passages du troisième livre il y a quelques jours, ça faisait des années que je n'avais pas relu quelques lignes de Salvatore... Et faut reconnaitre que cest un peu niais ^^
Ca se laisse lire, mais c'est plus drôle quand on est ado...


Couverture:










Publié dans Fantasy

Commenter cet article