Je suis une Légende

Publié le par Guillaume

Présentation de l'oeuvre:


Allez, une petite dernière avant d'aller au dodo, parce que mine de rien il commence à se faire tôt.
Pour la plupart d'entre vous j'en suis sûr, ce titre évoque plutôt un film très moyen dans lequel joue Will Smith. Et bien sachez que le film est tiré du livre du même nom écrit par Richard Matheson en 1954.
Je vous l'avoue immédiatement, je déteste le film. je l'ai visionné immédiatement après avoir lu le livre et j'ai été extrêmement déçu. je vais vous dire pourquoi dans cet article, en montrant les différences entre les deux récits.

Robert Neville est semble t'il le dernier survivant de l'humanité, du moins cela fait des années qu'il n'a pas croisé âme qui vive. En effet une étrange maladie semble avoir transformé tout le monde en espèces de vampires qui ne sortent que la nuit. Chaque soir, alors qu'il est barricadé chez lui ses anciens amis et voisins viennent le harceler à sa porte, lui exortant de sortir si il est un homme. Il survit en mangeant des conserves et en pillant les magasins de la ville. Tout ce qu'il sait, c'est que la maladie semble être provoquée par une bactérie, mais ce n'est pas un homme de science et tout celà le dépasse. Ce livre raconte la vie d'un homme seul au monde, qui fait de son mieux pour ne pas sombrer dans la folie en pensant à la vie qu'il avait autrefois et qu'il a à présent perdue. Tout ce qu'il fait pour passer ses journées, c'est chasser les vampires qui dorment alors et enterret les morts.

Comparons maintenant le contenu du livre et du film:

Robert Neville n'est pas noir (bon ça encore c'est un détail sans importance), n'est pas un illustre chercheur, seulement quelqu'un qui travaillait dans une usine, ne connait rien à la science, n'a pas de chien (même si il y a un passage très émouvant à ce sujet dans le livre), ne chasse pas le cerf en voiture de sport dans les rues de la ville, la maladie est provoquée par une bactérie et non un virus, et les victimes deviennent des vampires intelligents qui dorment le jour, non pas des zombies débiles qui se contentent de se cacher de la lumière du jour, il ne connait pas Shrek par coeur (non mais des fois !), et surtout, car c'est vraiment la chose qui m'a le plus herrissé, la fin du livre est tout à fait différente de celle du film, qui est un condensé niais et sans interêt de tout ce que le cinéma américain fait de plus mauvais. Et il n'est pas croyant non plus, mais un film américain sans religion n'est pas un bon film, sans doute...
J'admets que retranscrire tel quel le livre à l'écran aurait manqué d'interêt, mais là ils n'ont fait que garder le titre et le concept du "survivant", tout le reste n'a rien à voir.

Mon avis:

Le film, c'est fait, et ce n'est pas vraiment le sujet, donc revenons à l'oeuvre écrite.
C'est un incontournable du genre, redoutable d'efficacité et de simplicité. je l'ai lu d'une seule traitre sans m'arrêter, c'est dire. Même si il est vrai que l'histoire est assez courte (pas plus de 250 pages il me semble), elle est vraiment excellente en tout points. Très facile à lire, la vie de Robert est pationnante, et on ne peut pas s'empêcher de tourner la page pour connaitre la suite. Voir comment il s'organise, chaque jour, comme il s'est adapté à sa nouvelle condition, comment il sombre peu à peu dans l'alcoolisme et parfois dans la folie, accroche vraiment le lecteur.
A noter que j'ai également apprécié le livre car on y parle aussi un peu de biologie, en effet Robert tente d'en savoir plus sur les bactéries et donc sur la maladie qui l'entoure. Il y a donc quelques termes scientifiques et de petits cours très instructifs sur ces dernières. Pour ressituer un peu les choses, sachez que c'est pendant les années 50 (donc les années contemporaines à l'écriture du livre) que la biologie en tant que science réelle a fait son boum, avec la découverte de la structure de l'ADN entre autres, et il est très intéressant de voir que l'auteur s'est servi de découvertes scientifiques plus ou moins récentes pour écrire son livre.
Le récit est donc passionnant du début à la fin, qui finit en apothéose, et donne tout son sens au titre du livre, un sens tout à fait différent et autrement intéressant (dérangeant peut être, même) que dans ce foutu film.
Voilà, lisez-le, ça ne vous prendra pas beaucoup de temps et vous procurera beaucoup de plaisir.

Couverture:

Il a été réédité à l'occasion de la sortie du film, donc vous trouverez cette couverture:

Publié dans Science Fiction

Commenter cet article